A mémoire de formes / Tissu velour brut ou imprimé  X 3 / Dimension de chaque pièce 2m-1m40 / 2017

 

A la base du projet il y a quelques images: celle de la mer qui serait comme une immense pièce de tissu, parfois opaque et épaisse comme le velour parfois transparente comme le voile. Son mouvement perpétuel serait fait de plissages et de déplissages. L’expression ‘‘A mémoire de forme’’ évoque en général les matériaux qui mémorise une empreinte. Je l’utilise ici pour parler de souvenirs de bords de mer.

Dans cette installation, je propose des corrélations entre le plissé et imprimé, entre disposition et ligne d’horizon. L’ensemble de l’installation pourrait être constitué d’une dizaine de pièces de tissus disposées dans un espace d’une centaine de m2. Le parcours du visiteur s'apparente à celui fait sur la plage lorsqu’il s’agit de passer entre les draps de bains.

L’ oeil du visiteur prend au fur et à mesure conscience du rapport qu’il y a entre chaque tissu et sa disposition. Il y aurait dans ce dispositif les textiles dans lesquels se serait fossilisé un mouvement et d’autres dont le plissage ou l’installation serait dénué d’intention narrative. Certains drapés seraient également à la limite des deux principes, comme en cours de formation.